lundi 18 janvier 2010

Salut à tous! J'éspere que vous allez bièn

Coucou tout le monde! Vous me manque, qu'est-ce que vous faites? Allez-vous bien?
Je me trouve à Puebla, Cholula. J'étudie dans Universidad de las Américas. J'aime beaucoup la fac, j'étudie les sciences politiques et il est génial! J'adore les courses, ils sont super intéressant. Mais je ne suis pas sûre de rester ou changer pour les relations internationaux... De tout façon j'ai deux ans avec les mêmes courses alors, c'est ne pas grave si je quitte sciences po pour entrer aux relations internationaux.
Comment allez tout le monde?! Je veux savoir ce que vous faites! Jean-Pierre, ça va Venezuela?
Jean-Marie, comment vas-tu? Tu donnes de courses encore?
Bissous!

mercredi 16 décembre 2009

À 10 années du Coppenhague.

Dix années sont passé depuis Coppenhague et cinq du tombée definitive du capitalisme, on debute dans un nouveau sistème economique et les conséquences du réchauffement de la terre ne s'arrête pas, "on rappelera toujours le mal qu'on a fait à la terre" nous dit la présidente de la Nouvelle-ONU Amandine ENIDAMA.

Cependent Il n'y a pas seulment de mouvaises nouvelles, à la célebration de l'historique sommet du Coppenhague, on évalue les prèmiers resultats, qui nous donne un approche plus claire à la realité: "l'espoir n'as pas disparu, un chemin s'ouvre pour les prochaine générations, et plus important que Coppenhague c'est la tombée du capitalisme, sans ce changement du sistème la race humaine serai en train de finir maintenant", un commentaire emblematique du Jean-Marie Étienne, président de l'OMSES (Organisation Mondial du Nouvelle Système Economique et Social).

Beaucoup de choses ont changé depuis dix années, ces jours où on allait à la plage pour prendre du soleil ont déjà fini, ces jours où on se prommenait sans masque d'oxygène sont l'espoir du future. À Coppenhague les dirigeants s'est disputeaint pour alimenter l'espoir d'un future, où on habite maintenant, mais aujourd'hui on se dispute pour survivre, une verité plus approché à la realité que le déclarations diplomatiques de M. Étienne.

Vicente Fox à nouveau à la loupe

L'ancien président du Mexique, Vicente Fox, a été encore convoqué par la justice mexicaine ce mardi 15 décembre 2009.
Il doit expliquer le "don" de 100 millions de pesos à l'enterprise de sa femme, Martha Sahagun, "Vamos Mexico" en 2006; la demande a été faite par des membres de la droite, le parti PRI.
Ils avaient acusé Fox de "détournement de fonds publics" et "enrichissement illicite".
L'audience sera realisée a porte-fermée et les resultats seront publiés en Janvier.

Le journal

Luz y Fuerza du Mexico: échec des négociations et deux mois des problèmes dans la consommation.

Deux mois de négociations ne sont pas soldeés par un accord. La consommation de la électricité será toujours très perturbé.

Un centaine d' heures de négociations et toujour pas d'accord. Vendredi soir le syndicat a organisé une manifestation massive qui a affecté tout la ville du Mexique, le trafic a très perturbé.

La consommation de l' électricité marche normalement maintenant, mais il y avait des problèmes
dans quelques quartiers, ils ont été provoqués par quelques travailleurs en dispute.





Mon chat, Zarko, renversé par un sujet encore inconnu

Après deux semaines d'hospitalisation, Zarko, mon chat préféré, ne sait pas encore qui conduisait cette voiture cette nuit de décembre où il a été brutalement renversé par un très très mauvais chauffeur. La police reste sans pistes.

C'était le 9 décembre, pendant la nuit à 20:00 heures que j'avais cru avoir perdu mon fidèle ami. Ce jour-là j'avais beaucoup bossé et le moment où la déchirante action est passée, c'était quand j'entrais chez moi. Je suis sorti de ma petite voiture puis j'ai vu mon chat de l'autre côté de la rue; Zarko venait à mes bras mais malheureusement, il ne savait pas que les voitures pouvaient rouler si rapidement.

J'ai pu apercevoir les grands lunettes du chauffeur. La police a presque une semaine et n'a rien trouvé. Ils me disent qu'en décembre il y a toujours des accidents et des meurtres donc c'est difficile et sûrement très improbable de trouver et emprisonner le criminel.

Les docteurs me disent qu'il n'y a pas vraiment des possibilités de voir à Zarko marcher comme avant ou même de vivre. La police ne m'aide plus. Je suis déprimé et en train d'appauvrir à cause du prix de l'hôpital. Je pense en la possibilité de rejoindre mon chat au paradis. Je vous implore que si vous connaissez le coupable, s'il vous plaît, mettez ce fils de pute au prison.

mercredi 9 décembre 2009

En coupant la tête d'Antoinette

Plébéien de la Révolution Française, mec du peuple sans titre de noblèsse.
Si j'avais lutté en faveur de la Révolution j'aurais été le premièr à crier: "à la guillotine!, coupe le lui la tête!" héhéhé.
J'aurais défendu la proclamation des droits de l'homme et du citoyen avec ferveur, cependant je suis pas sûre si j'aurais eu (comme plébéien) la posibilité de défendre complètement la Révolution, à cause de tous les changement qu'il y a eu pour tuer la Monarchie, j'ai encore le doute de si la plus beneficiée était la bourgeoisie, mais il faut souligner que c'était la naissance des droits, trois mots importants définie cette époque là: "liberté, égalité, fraternité" autant que au-jourd'hui sans cette proclamation on n'aurais pas eu des organisations putréfiés comme l'ONU, plein de bureaucratie mais par contre, très importantes pour la paix et pour la stabilité de la societé contemporaine et la lutte pour l'égalité mondiale, un monde hypothétique sans faim, sans peuvreté, sans racisme, avec éducation, égalité, bonheur, paix et plus écologique quand même.

Ça serait l'idèal mais, par contre, qu'est-qu'on a aujourd'hui dans le monde?, est-qu'il manque une autre révolution?, et si on la fait?

Si j'avais été une reine....

Si j'avais été une reine du XVIIème siécle ... j'aurais fait de bonnes choses pour mon peuple... Si j'avais été sage, j'aurais laissé aux femmes choisir la profession qu'elles veulent... Si j'avais été riche, j'aurais partagé ma richesse avec les moins favorisés, j'aurais construit des écoles et j'aurais demandé à tous les enfants de jouer sans ârret... Si j'avais eu plusieurs terres, j'aurais demandé de les transformer en vigne pour faire du vin pour tous. Si parmi mon peuple, il y avait eu des sans-abri, j'aurais construit des maisons pour eux. Si parmi mon peuple aussi, il y avait eu des ivrognes, je les aurais invités au château pour faire la fête et crier: ¡Vive la Reine!